Site Tools


Differences

This shows you the differences between two versions of the page.

Link to this comparison view

Both sides previous revision Previous revision
thematiques:design-et-sciences:relations_homme_machine_dans_la_ville [2019/06/26 12:50]
francoisgaulier [Ces nouvelles relations homme / nature qui se tissent en ville]
thematiques:design-et-sciences:relations_homme_machine_dans_la_ville [2019/06/26 12:50] (current)
francoisgaulier [Ces nouvelles relations homme / nature qui se tissent en ville]
Line 1: Line 1:
 ====== Ces nouvelles relations homme / nature qui se tissent en ville ====== ====== Ces nouvelles relations homme / nature qui se tissent en ville ======
  
-Coordonné par Guillian Graves, Founder & designer /mercredi 20 février 2019+Coordonné par Guillian Graves, Founder & designer / mercredi 20 février 2019
  
 Dans les villes de demain, il est probable d’imaginer de nouveaux rôles pour le Vivant, étendant ainsi la gamme de services proposée par des acteurs publics, privés ou citoyens : dépollution de l’air, de l’eau et des sols par les plantes et les champignons,​ éclairage urbain, séquestration du carbone et transformation locale des déchets organiques par différents types de microorganismes,​ bien-être au travers de la biophilie, etc. Cependant, dans les environnements urbains où la tendance a été de bannir la nature de la ville, quelles nouvelles relations entre habitants et nature, s’il est possible de décoreller les deux, est à construire selon si nous parlons de bio-inspiration,​ de collaboration,​ d’assistance,​ de domestication,​ ou même de fabrication du Vivant ? Selon la nature de la relation, peut-on imaginer rétribuer la nature pour les services rendus ? Peut-on lui donner de nouveaux droits ? Peut-on encadrer ces relations ou son utilisation ? Dans les villes de demain, il est probable d’imaginer de nouveaux rôles pour le Vivant, étendant ainsi la gamme de services proposée par des acteurs publics, privés ou citoyens : dépollution de l’air, de l’eau et des sols par les plantes et les champignons,​ éclairage urbain, séquestration du carbone et transformation locale des déchets organiques par différents types de microorganismes,​ bien-être au travers de la biophilie, etc. Cependant, dans les environnements urbains où la tendance a été de bannir la nature de la ville, quelles nouvelles relations entre habitants et nature, s’il est possible de décoreller les deux, est à construire selon si nous parlons de bio-inspiration,​ de collaboration,​ d’assistance,​ de domestication,​ ou même de fabrication du Vivant ? Selon la nature de la relation, peut-on imaginer rétribuer la nature pour les services rendus ? Peut-on lui donner de nouveaux droits ? Peut-on encadrer ces relations ou son utilisation ?